Ramer à l’anglaise

Ramer à l’anglaise c’est quoi ?
Les bateaux d’aviron
L’aviron de mer
Le vocabulaire de l’aviron
Les diplômes
La sécurité en aviron

L’aviron à l’anglaise, c’est quoi ?

L’aviron est un sport de glisse sur un plan d’eau, de préférence abrité, dans des embarcations de 1,2,4 ou 8 rameurs. Le contact avec la nature, ainsi que la confrontation avec l’engagement physique et technique nécessaire à l’évolution sur ce milieu sans cesse changeant, procure une satisfaction saine et des joies simples. Beaucoup de rameurs, jeunes et adultes, se contentent de ces “balades” qui sont de véritables évasions. Pour d’autres, la confrontation avec les éléments constitue un défit qu’ils brûlent de relever, d’abord avec eux même, puis avec d’autres : c’est l’esprit de compétition.

Qu’ils pratiquent l’aviron en loisir ou en compétition, ils sont accompagnés dans leur quête aussi loin que leur motivation les portera. Cette activité structurante leur donnera le goût de l’effort, le respect du matériel et celui des autres. L’Aviron Rowing Club de Sucé sur Erdre a été fondé en 1996 avec comme projet de développer au nord de l’agglomération nantaise : l’aviron de loisir et de maintien en condition, l’aviron de compétition, en particulier pour les jeunes.

Il bénéficie des garanties conférées par son appartenance à la Fédération Française d’Aviron. Toutes les séances programmées sont encadrées par des bénévoles titulaires d’un diplôme d’initiateur, éducateur ou entraîneur de la FFA, dotés de bateaux de sécurité et de suivi de l’entraînement.

Volonté, persévérance, équilibre, et rigueur sont les maîtres mots de cette discipline. Sport d’endurance par excellence, il fait appel aux réserves énergétiques. C’est une activité de plein air qui développe les facultés perceptives, les habilités motrices ainsi que les qualités physiques. Pratiquer l’aviron en compétition, c’est à la fois s’investir dans un sport complet, mais aussi s’intégrer dans un groupe et acquérir un esprit d’équipe pour ne plus former qu’un.

8X+ : 8 de couple (2 avirons par rameur) avec barreur

L’aviron à l’Anglaise (ou “Rowing”)

L’aviron à l’Anglaise se pratique assis sur une coulisse, dos au sens de circulation, en rivière ou en mer. Il y a deux façons de ramer à l’Anglaise :
– “en pointe” : le rameur tire des deux mains sur un seul aviron ; 
– “en couple” : le rameur tire de chaque main sur un aviron ; on peut donc être seul dans un bateau (skiff) ; le mouvement est parfaitement symétrique, et l’extension de la cage thoracique est complète : c’est donc un excellent exercice, qui favorise le développement harmonieux des muscles du rameur.

Les bateaux de rivière et ceux de mer sont adaptés à leur environnement.

Retour en haut de la page

Les bateaux d’aviron

Les catégories de bateaux :

L’aviron de mer

Les origines

L’aviron de mer est une pratique ancestrale, qui a permis à l’homme d’explorer le monde qui l’entoure, de guerroyer dans les galères. Il s’est également développé pour des raisons économiques à travers la pêche dans une grande variété de bateaux traditionnels à la rame (individuels ou collectifs) sur tout le littoral. Et aussi pour assurer la sécurité en mer avec les bateaux armés d’avirons des sauveteurs en mer, les plus aptes à se jouer des tempêtes et des mers déchaînées.

Au siècle dernier, à la disparition des pratiques commerciales ou professionnelles faisant appel à l’aviron, des pratiques compétitives ont pris le relais dans un grand nombre d’embarcations traditionnelles : courses de traînières, de doris, de llaguts, de yoles …. Et dans de nombreuses autres embarcations en France et dans différents pays européens. Cette pratique est la pratique de la rame ou du banc fixe qui perdure et continue de se développer.

L’aviron de mer sportif “moderne”

Au début des années quatre-vingt, la traversée très médiatisée de l’Atlantique Nord à la rame par Gérard d’ABOVILLE donne un nouvel élan à l’aviron de mer sur le littoral, notamment breton. À coté de l’activité à la rame qui s’effectue sur des coques traditionnelles, quelques passionnés s’investissent dans la création d’embarcations plus modernes. Des constructeurs leur emboitent le pas, les premiers clubs dits “d’aviron de mer” se développe, des compétitions spécifiques voient le jour et, après des débuts confidentiels, l’aviron de mer dit “moderne” prend sa place au sein de la FFA comme une discipline à part entière.

Depuis, sous l’impulsion de la France, de l’Italie et de la Grande Bretagne, cette activité s’est également développée à l’international sous l’appellation Coastal Rowing avec la création  du premier championnat du monde en 2006.

L’aviron de mer est assez facile d’accès, avec des embarcations plus robustes et surtout plus stables que les embarcations utilisés en rivière. Par contre, la maîtrise technique de la pratique ne suffit pas à faire un bon rameur en mer. Pour cela, il est important de maîtriser également tous les aspects de la navigation : la connaissance des courants, des marées et des vents, la navigation dans la vague, la cartographie du milieu,  la connaissance du trafic maritime…

Les fiches pédagogiques

Voici quelques éléments pédagogiques rassemblés sous formes de fiches:

Les fondamentaux : comment porter un bateau, l’équiper, partir du ponton, …etc.

Pour tester vos connaissances, cliquez pour ouvrir le Quizz #1 !

Retour en haut de la page

Le vocabulaire de l’aviron

Abordage 1) Action d’atteindre un rivage, d’aborder. 2) Collision entre deux bateaux.
Amplitude  Longueur du mouvement d’aviron.
Arrêt sur l’arrière  Position d’immobilisation du rameur sur l’arrière (jambes tendues et bras pliés).
Arrêt sur l’avant  Position d’immobilisation du rameur sur l’avant (jambes pliées et bras tendus).
Attaque du coup d’aviron  Position de l’aviron lorsqu’il arrive sur l’avant du bateau et entre dans l’eau
(Sur) l’Avant  Position du rameur lorsque la palette est le plus proche de la pointe avant du bateau.
(Sur) l’Arrière  Position du rameur lorsque la palette est le plus proche de la l’arrière du bateau.
Aviron  Rame.
Bâbord  Côté gauche du bateau, représenté par la couleur rouge.
Barrette  Pièce métallique à vis permettant de fermer une dame de nage.
Border un aviron  Mettre le collier de l’aviron en contact avec la dame de nage
Cadence  Nombre de coups d’aviron donnés pendant une minute.
Carré  Position verticale de la palette.
Casser les poignets  Ne pas garder les poignets dans l’alignement des avant-bras.
Chef de nage  Nom donné au premier rameur en partant de la pointe arrière. Il donne la cadence.
Collier  Partie de l’aviron qui est en butée contre la dame de nage.
Contrôler le retour  Freiner la montée des jambes lors du retour.
Coulisse  Nom donné au siège mobile du rameur.
Coulisse Entière  Amplitude du coup d’aviron utilisant la longueur maximale des rails à partir de la position arrière
Couple  Terme qui désigne la catégorie des rameurs qui ont deux avirons.
Croisement  En couple, lorsque les mains se croisent pendant le coup d’aviron.
Dame de nage  Accessoire en forme de fourche, articulé sur un pivot ou un axe, servant d’appui aux avirons.
(Se) Déborder  Ne pas maintenir son corps dans l’axe du bateau.
Demi-coulisse  Amplitude du coup d’aviron n’utilisant que la moitié de la longueur des rails à partir de la position arrière.
Dénager  Ramer ou nager à l’envers pour faire reculer le bateau.
Deux  Nom donné au deuxième rameur en partant de la pointe arrière.
Deux de couple  Nom de l’embarcation pour deux rameurs en couple. Egalement appelé double scull ou 2x.
Double (scull)  Nom familier pour un deux de couple (symbole  2x).
Équilibre  Position stable (à plat) du bateau quand la mer le permet !!
Équilibrer le bateau  Maintenir le bateau stable, éviter qu’il roule.
Fausse pelle (ou pelle coulée)  Expression utilisée lorsque la palette échappe au contrôle du rameur dans l’eau et n’a pas pu être sortie. Elle entraîne l’arrêt du bateau.
Forcer à (tribord ou bâbord)  Ramer plus fort d’un côté pour modifier sa trajectoire.
Glisse (du bateau)  Capacité à glisser sur l’eau. « Laisser glisser »
(Laisser) Glisser  Lors de la préparation, « sentir » le bateau avancer.
(Se) Grandir  Garder une position dite aérienne, ne pas se tasser au fond du bateau, sortie la tête des épaules
Hauteurs de mains  Positions des mains permettant de maintenir le bateau stable pendant le coup d’aviron.
Maintien du dos  Se tenir droit, ne pas se tasser.
Maintien de l’équilibre  Tenir ses hauteurs de mains pour garder la stabilité du bateau.
Manche  Extrémité de l’aviron, opposée à la palette.
Manchon  Embout mis sur l’extrémité des avirons de couple pour la prise en main.
(Se) Mettre à l’eau  Embarquer.
Mise à l’eau  Poser le bateau sur l’eau.
Nager  Ramer.
Palette  Extrémité plate et large d’un aviron.
Partir du cul  Terme utilisé lorsque la poussée sur les jambes se fait trop tôt et que l’aviron n’est pas emmené par le mouvement des jambes.
Passée dans l’air (n. f.)  (ou retour, ou préparation) Temps de repos du coup d’aviron.
Passée (dans l’eau) (n. f.)  Temps de travail du coup d’aviron. Partie du coup d’aviron ou la palette est en pression dans l’eau
Pelle  Aviron
Pelle à plat  Position horizontale de la palette.
Pelle à plat sur l’eau  Position dite de stabilité, le contact de la palette avec l’eau sert à maintenir le bateau stable.
Pelle au carré  Position verticale de la palette.
Pelle au carré dans l’eau  Position de la palette au début du coup d’aviron.
Pelle calée  Position de la palette au carré, entièrement recouverte par l’eau.
Phase de repos (ou retour)  Partie du coup d’aviron se déroulant hors de l’eau.
Phase de travail (ou passée)  Partie du coup d’aviron se déroulant dans l’eau.
Planchette  Partie du bateau servant à poser le pied lors de l’embarquement et du débarquement.
Planter  Mise de la palette au carré dans l’eau pour stopper le bateau.
Plonger les mains  Terme utilisé lorsqu’un rameur baisse les mains avant que la palette ne rentre dans l’eau.
Plumer  Laisser glisser la palette sur la surface de l’eau pour maintenir la stabilité du bateau.
Portant  Armature métallique portant le point d’appui des avirons à l’extérieur des bordages
Préparation de pelle  Phase du coup d’aviron où la palette passe de la position “à plat” à la position”au carré” avant la rentrée dans l’eau.
Pression dans l’eau  Force exercée par la palette lors de la passée dans l’eau.
(Garder la) Pression  Maintenir la force lors de la passée dans l’eau.
Quart de coulisse  Position du coup d’aviron n’utilisant que le quart de la longueur des rails à partir de la position arrière.
Quatre de couple avec barreur  Nom de l’embarcation pour quatre rameurs en couple et un barreur(symbole 4x+).
Rail  Chemin de roulement et de guidage des roues de la coulisse.
Ramer (ou nager)  Manoeuvrer une rame, faire avancer un bateau à la rame.
Retour (phase de)  Partie du coup d’aviron se déroulant hors de l’eau.
Roulis  Mouvement d’oscillation d’un navire dans le sens de sa largeur.
Rythme  Alternance entre la passée et le retour (ne pas confondre avec la cadence !)
Safran  Pièce plate qui constitue la partie essentielle du gouvernail sur laquelle agissent les filets d’eau.
Scier  Mise des pelles perpendiculairement dans l’eau pour arrêter le bateau.
Skiff (solo)  Nom de l’embarcation pour un seul rameur en couple. (1x)
Sortie de la pelle  Partie du mouvement d’aviron où la palette sort de l’eau “au carré” et est tournée”à plat” au dessus de l’eau.
Tangage  Mouvement d’oscillation d’un navire dans le sens de sa longueur.
Traction  Partie du coup d’aviron lorsque les bras se plient et que la palette est en pression dans l’eau.
Traction horizontale  Fléchissement des bras de façon à ce que la palette exécute un mouvement le plus horizontal possible
Tribord  Côté droit du bateau, représenté par la couleur verte.  Petit truc : TGV = Tribord Gauche Vert
Trois-quarts (de coulisse)  Position du coup d’aviron n’utilisant que les trois-quarts de la longueur des rails à partir de la position arrière.
Yole  bateau pour la pratique en mer
Yolette  Bateau de rivière de randonnée pour quatre rameurs et un barreur en pointe (symbole4Y+) ou en couple (symbole 4Yx+).

Les différents éléments d’un bateau :

Les différents éléments d’un aviron :

Retour en haut de la page

Les brevets / diplômes de rameurs

Les brevets permettent d’évaluer les progrès en utilisant des embarcations de plus en plus performantes, de l’initiation à jusqu’à la maîtrise de bateaux de compétition. Leur obtention détermine également le niveau d’autonomie et le matériel que les rameurs sont capables d’utiliser en toute sécurité.

Les différents Brevets de rameur

Les épreuves des brevets BRONZE/ARGENT/OR que nous délivrons au club de Sucé sur Erdre consistent à effectuer un parcours semé de manœuvres techniques, en bateau individuel, lors de parcours aménagés, ainsi qu’à répondre à des questionnaires d’évaluation des connaissances.

Le brevet de BRONZE :

Le bateau

Le bateau que vous utilisez est un bateau individuel avec ou sans coulisse

L’épreuve

Elle consiste à effectuer un parcours en obtenant un total de points supérieur ou égal à 12, sans échec dans une épreuve éliminatoire (5, 6 et 11).

Le parcours

  1. Porter vos avirons
  2. Porter votre bateau
  3. Mettre votre bateau à l’eau avec aide
  4. Installer vos avirons
  5. Monter dans votre bateau sans aide (épreuve éliminatoire)
  6. Vous mettre en position de sécurité (épreuve éliminatoire)
  7. Faire gîter votre bateau
  8. Stabiliser votre bateau
  9. Avancer en ligne droite
  10. Reculer en ligne droite
  11. Virer autour d’une bouée (épreuve éliminatoire)
  12. Revenir  au ponton
  13. Descendre de votre bateau sans aide
  14. Rentrer et ranger votre matériel avec aide

L’obtention de ce brevet marque pour vous la fin de la période de découverte de l’aviron.

Parcours Aviron de Bronze

Le brevet d’ARGENT :

Les pré-requis

Pour passer cette épreuve, vous devez être en possession de votre aviron de bronze.

Le bateau

Le bateau que vous utilisez est un bateau individuel, avec  siège coulissant et croisement des avirons, mettant en jeu l’équilibre.

L’épreuve

Elle consiste à :

  1. Effectuer un parcours en totalisant un minimum de 9 points, sans échec dans une épreuve éliminatoire (7, 9, 11 et 12)
  2. Répondre à un questionnaire portant sur vos connaissances de l’activité et obtenir une note supérieure ou égale à 12 . Le questionnaire est à disposition des clubs sur l’intranet fédéral dans la partie Documents > Liste des documents > Brevets de rameur > Brevet Aviron d’Argent

Le parcours

  1. Monter dans votre bateau
  2. Régler votre barre de pieds
  3. Avancer en ligne droite
  4. Toucher une bouée avec la pointe avant
  5. Ramasser et renvoyer un ballon
  6. Passer entre 2 bouées sans les toucher
  7. Scier (épreuve éliminatoire)
  8. Faire demi-tour sur bâbord
  9. Toucher une bouée avec la pointe arrière (épreuve éliminatoire)
  10. Faire demi-tour sur tribord
  11. Accoster sans aide (épreuve éliminatoire)
  12. Descendre de votre bateau sans aide (épreuve éliminatoire)
  13. Renseigner le cahier de sortie

L’obtention de ce brevet marque pour vous la fin de la période de familiarisation à l’aviron. Vous pouvez maintenant être autonome dans des embarcations stables

Parcours aviron d’Argent

Le brevet d’OR :

Les pré-requis

Pour passer cette épreuve, vous devez être en possession de votre aviron d’argent.

Le bateau

Le bateau que vous utilisez est obligatoirement un skiff.

L’épreuve

Elle consiste à :

  • Effectuer un parcours en totalisant un minimum de 10 points, sans échec dans une épreuve éliminatoire (1, 2, 7, 10, 11 et 12)
  • Obtenir à une épreuve d’évaluation technique une note supérieure ou égale à 12

Le parcours

  1. Embarquer sans aide (épreuve éliminatoire)
  2. Régler votre barre de pieds (épreuve éliminatoire)
  3. Effectuer un slalom
  4. Scier
  5. Faire demi-tour sur bâbord, sur place
  6. Faire demi-tour sur tribord, sur place
  7. Reculer en ligne droite (épreuve éliminatoire)
  8. Toucher une bouée avec la pointe arrière
  9. Avancer en ligne droite
  10. Ramer 200 m à cadence 16 en effectuant au moins 10 coups consécutifs sans plumer (épreuve éliminatoire)
  11. Ramer 200 m à cadence 24 en effectuant au moins 10 coups consécutifs sans plumer (épreuve éliminatoire)
  12. Accoster sans aide (épreuve éliminatoire)
  13. Descendre de votre bateau sans aide

L’obtention de ce brevet atteste de votre maîtrise technique individuelle en couple et de votre autonomie en skiff.

Parcours Aviron d’Or

La sécurité en aviron

Le chavirage

C’est la chute involontaire dans l’eau qui peut être provoquée par des causes multiples.

Les chavirages sont la plupart du temps sans gravité :

  • Quand l’eau est tempérée ;
  • Quand les rameurs sont des nageurs expérimentés ;
  • Quand les rameurs sont en bonne condition physique ;
  • Quand il n’y a pas eu une forte collision ;
  • Quand l’encadrement peut intervenir rapidement.

Les principales causes de chavirage : 

Le niveau de pratique du rameur

Le chavirage intervient le plus souvent pendant les périodes d’apprentissage notamment en bateau court.

Comment organiser la sécurité en fonction du niveau du rameur ?

Les séances d’initiation sont dirigées par un ou plusieurs cadres qualifiés disposant de moyens d’intervention rapide. Nous disposons au club de bateaux de sécurité qui permettent aux encadrants de surveiller les rameurs et donner des conseils pédagogiques.

Le niveau du rameur et les conditions extérieures (température de l’eau, de l’air, courant, vent, etc.) induisent le choix du matériel, surtout en phase d’initiation. C’est le chef de base qui affecte les bateaux aux rameurs selon leur niveau d’autonomie.

Même si le port du gilet de sauvetage n’est pas obligatoire en pratique de club, son utilisation est toutefois recommandée en fonction des publics et des conditions de pratique. (solo ou météo défavorable)

Des consignes doivent être données aux débutants, parmi lesquelles :

  • Ne jamais lâcher ses pelles ;
  • En couple, éviter de laisser la poignée de l’aviron aller plus loin que le corps sur l’arrière ;
  • Ne pas chercher à employer trop de force.

Les fautes techniques

Une fausse-pelle, même dans un bateau relativement stable comme un canoë, peut très vite se terminer en chavirage. Cet incident peut arriver quel que soit le niveau du rameur.

Comment éviter ce type d’incident ?

  • En restant vigilant pendant toute la sortie ;
  • En restant rigoureux dans l’exécution technique.

Les vagues

Les vagues perturbent énormément la pratique de notre activité: elles peuvent faire chavirer voire couler nos embarcations. Elles ont deux origines différentes :

  • Les vagues provoquées par le vent peuvent rendre impossible toute sortie. Elles sont particulièrement dangereuses quand les coups de vent sont subits et violents (phénomènes fréquents sur les lacs). Si le vent se lève pendant une sortie en bateau, il faut se mettre rapidement à l’abri ;
  • Les vagues provoquées par d’autres embarcations, tels les bateaux à moteur, sont incompatibles avec la pratique de l’aviron. Si les rameurs ne s’arrêtent pas, ils peuvent embarquer de l’eau et couler. Certaines embarcations peuvent même se briser en deux sur des grosses vagues. Les anciens bateaux longs sont les plus vulnérables car manquant souvent de rigidité.

Quelle attitude adopter face aux vagues ?

Le responsable (chef de base) doit juger de la taille et de la forme des vagues, du niveau du pratiquant, de l’embarcation utilisée ainsi que de l’évolution prévisible des conditions météorologiques avant d’autoriser une sortie. Il privilégie les endroits les mieux abrités en respectant les réglementations en vigueur.

Dans certains cas, sont autorisées uniquement les sorties des rameurs expérimentés ou les sorties en bateau long ou en yolette (considérés comme plus stables et passant mieux la vague).

Il faut donc conseiller aux rameurs de naviguer en toutes circonstances à proximité des berges et d’anticiper toute dégradation des conditions atmosphériques.

Sur les plans d’eau intérieurs, lorsque que l’on rencontre des vagues provoquées par les bateaux à moteur, il est souvent préférable de s’arrêter en respectant quelques consignes :

  • Orienter le bateau parallèlement aux vagues ;
  • Garder les jambes et les bras allongés ;
  • Mettre les palettes à plat sur l’eau ;
  • Faire gîter le bateau (en suivant le rythme des vagues) pour que la bordée qui les reçoit soit plus haute que l’autre.

Le rameur est alors en position de sécurité.

La position de sécurité : Elle permet de se libérer les mains tout en conservant la stabilité du bateau. Cette position permet également de tenir l’équilibre du bateau dans le cadre d’exercices.

En bateau de couple :

– poser les pelles à plat sur l’eau, sans les enfoncer.

– tenir les pelles coincées entre les cuisses (jambes repliées) et le buste

– passer les bras par-dessus les pelles : les mains sont libres.

Retour en haut de la page